Appuyez sur étoile – Sabrina Bensalah

Est-ce cela, le bruit de l’ennui ? Ce monde qui fourmille en criant, en courant  l’émerveille. Oui, ce monde impétueux grise Avril, elle qui n’aime le temps que quand il foudroie la lenteur. Lorsque s’emballe son cœur !”

***

91TqsWzBkYL
Titre
: Appuyez sur étoile
Auteur : Sabrina Bensalah
Editeur : Sarbacane
Date de publication : avril 2017

Note : 5/5

1

Avril a 19 ans et rêve de devenir un grand nom dans la coiffure. Pleine d’énergie, elle apporte la vie dans son petit monde, à son père, à son meilleur ami Tarik et à sa grand-mère, surnommée mémé. Mais voilà que cette dernière fait une rechute, son cancer est revenu. Avril est prête à tout pour donner le plus bel éclat aux derniers jours, semaines ou mois qu’il reste à sa grand-mère, même à déplacer des montagnes.

2

J’ai adoré ce roman de Sabrina Bensalah, qui aborde une thématique difficile et douloureuse : le cancer et la mort d’un être cher. L’écriture est très belle, parfois poétique et parfois très terre à terre selon les moments, les émotions que l’auteure veut transmettre. J’ai beaucoup apprécié ce mélange ainsi que les touches d’humour qui parsèment le récit. Tout cela donne une grande force à l’histoire.

Le roman se divise en quatre parties, une pour chacune des saisons. Au début de chacune de ces parties, on trouve un petit poème en forme de sablier, un mélange des paroles d’Avril et ce celles de mémé. Un symbole très fort pour représenter le temps qui passe inexorablement et l’amour indéniable qui unit ces deux femmes.

Avril est une jeune femme très attachante, dotée d’une détermination de fer pour réussir à monter son projet dans le domaine de la coiffure. C’est un personnage pétillant, plein de vie et d’énergie, à l’humour parfois caustique mais toujours très drôle. Avril a un caractère plutôt marqué, mais elle reste à l’écoute de tous ceux qui lui sont proches, comme son père, sa grand-mère et son meilleur ami Tarik.

Mémé est également un personnage auquel on s’attache rapidement, même si elle perd un peu la boule avec la vieillesse et le cancer. C’est une femme originale, indépendante et qui assume totalement les choix qu’elle a pu faire et le mode de vie qu’elle a mené. L’auteure a très bien su montrer l’attachement qu’elle suscite autour d’elle, que ce soit pour sa famille, ses amis ou ses anciennes collègues. Tous ont une grande estime de mémé. J’ai beaucoup aimé ses petits dialogues intérieurs, lors de ses moments d’inconscience, avec divers interlocuteurs : Dieu, la mort…

Ce roman est une vraie pépite. Il commence sur une note d’insouciance, mais le ton est très vite assombri par la rechute de mémé. Cependant, on est très loin de tomber dans quelque chose de larmoyant et infiniment triste. Au contraire, Sabrina Bensalah a réussi à maintenir le juste équilibre entre émotion et humour, nous donnant ainsi à lire un roman très fort.

Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de cette pépite.

Le grand saut – Florence Hinckel

Et alors ? J’en ai super marre qu’on doive se conduire en adulte quand ça arrange les adultes, et qu’on doive se conduire en enfant quand ça les dérange ! Elle est où, notre marge de manœuvre, dans tout ça, hein ? Où est-ce qu’on est, nous ?”

***

IMG_2127
Titre
: Le grand saut
Auteur : Florence Hinckel
Editeur : Nathan
Date de publication : 2017

Note : 4/5

1Iris, Marion, Rébecca, Paul, Sam et Alex se connaissent depuis la sixième, et forment depuis un groupe d’amis inséparables. Leur année de terminale s’annonce plutôt bien, c’est la dernière ligne droite avant l’entrée dans le monde adulte. Mais petit à petit, la pression se fait ressentir sur la petite bande. Des non-dits planent, des sentiments inavoués, des relations familiales difficiles… Tout contribue à mettre à rude épreuve l’amitié des six amis, jusqu’au point de non retour.

2


J’ai beaucoup aimé ce roman, où se mêlent six personnages uniques et attachants. Chacun d’entre eux a une histoire particulière. L’auteure a su éviter de tomber dans les clichés de l’adolescence, tout en dépeignant des personnages auxquels on peut facilement s’identifier.

Je les ai tous trouvés très bien construits et très justes dans leurs histoires et leur caractère Il y en a certains que l’on voit moins, comme Alex, Sam ou Marion, et d’autres qu’on suit d’assez près : Iris, Paul et Rébecca. Cela ne gêne en aucun cas, je pense que d’avoir le point de vue de tous les personnages aurait donné des longueurs au roman.

Florence Hinckel a très bien su saisir les relations qu’un groupe d’amis aussi hétérogène pouvait entretenir. Elle a décrit avec beaucoup de subtilité les tensions, les jalousies, mais aussi l’amour et la loyauté indéniable qui les unis. Ils sont très soudés, mais c’est aussi cela qui parfois crée des tensions. Tous ont un caractère très différent, mais ils se complètent.

Je me suis particulièrement attachée à Iris, que j’ai trouvée pleine d’entrain. Ses répliques et son attitude un peu bravache m’ont fait mourir de rire à certains moments. C’est le genre de personne qui se précipite tête baissée dans un projet, que ce soit pour aider ses amis ou pour elle.Décrite comme quelconque, elle souffre de ne pas être remarquée, de passée inaperçue face à la belle Rébecca. C’est cependant elle qui maintient la bande unie, elle est le ciment qui garde leur amitié intacte.

L’écriture est fluide et agréable, on passe d’un personnage à l’autre sans accroc. L’auteure a vraiment saisi les difficultés que rencontrent les adolescents lorsqu’ils arrivent en terminale, que ce soit pour la pression des cours ou les relations humaines. J’ai vraiment passé un très bon moment, et il me tarde de lire la suite.