Call Me By Your Name – André Aciman

« We rip out so much of ourselves to be cured of things faster than we should that we go bankrupt by the age of thirty and have less to offer each time we start with someone new. But to feel nothing so as not to feel anything _ what a waste ! »

***

e0166d18-9097-4e51-93ea-f7c8d21648c1
Titre 
: Call Me By Your Name
Auteur : André Aciman
Editeur : Atlantic Books
Date de publication : 2018 (pour la présente édition)
Prix : 9.49 euros
(256 pages)

Note : 5/5

1
Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…
Quinze ans plus tard, Elio rend visite à Oliver en Nouvelle-Angleterre. Il est nerveux à l’idée de rencontrer la femme et les enfants de ce dernier, mais les deux hommes comprennent finalement que la mémoire transforme tout, même l’histoire d’un premier grand amour. Quelques années plus tard, ils se rendent ensemble à la maison en Italie où ils se sont aimés et évoquent la mémoire du père d’Elio, décédé depuis.

2

La semaine dernière j’ai publié mon avis sur le film Call me by your name, pour lequel j’avais eu un gros coup de coeur. J’ai fait les choses dans le désordre puisque j’ai lu le livre après avoir vu le film, mais ça n’a pas eu d’impact sur ma lecture. 

Dès les premières lignes, je suis tombée amoureuse de la plume d’André Aciman. Son écriture atypique et poétique rend parfaitement compte des tumultes d’émotion auxquels est confronté Elio.
Le rythme de l’histoire est lent, à l’image de l’été et de la chaleur étouffante qui paralysent les corps et les esprits.
Le roman se divise en plusieurs parties, chacune consacrée à un moment particulier dans la relation entre Elio et Oliver. : les débuts, les premiers émois, la séparation et les retrouvailles plus de 10 ans après.

Le récit est à la première personne, du point de vue d’Elio. En suivant ses pensées, on tombe amoureux d’Oliver, comme lui. On vit son désir, d’abord naissant, puis dévorant pour l’Américain. A certains moments, Elio frôle la fascination morbide. Le texte est d’une grande sensualité, puisqu’Elio nous livre sans fard tout ce que lui inspire Oliver, fantasme comme réalité.

André Aciman a parfaitement saisi les questionnements incessants qui peuvent frapper les adolescents. Les ressentis et les émotions d’Elio sont à la fois exacerbés et poétiques.
J’ai beaucoup aimé les pistes de réflexion que l’auteur évoque à travers ses personnages, Elio notamment, sur la sexualité, le regard des autres, le désir, l’amour, les relations humaines complexes. La psychologie d’Elio est vraiment réussie, j’ai eu l’impression de lire un véritable journal intime.

J’ai beaucoup aimé la fin, qui n’est ni un happy ending ni triste : elle reflète parfaitement la réalité. Les choses ne finissent pas toujours de manière parfaite lorsque le facteur humain entre en compte.

En ce qui concerne la comparaison entre le livre et le film, plusieurs points sont à souligner. Tour d’abord, le film ne reprend pas la même chronologie : il est situé dans le présent alors que le livre raconte en partie un flashback d’Elio.
Le film n’accorde pas toujours la même importance à certains personnages secondaires, que ce soient les amis ou la famille d’Elio. Ils sont plus développés dans le film que dans le livre j’ai trouvé.
Dans le livre, Elio et Oliver se retrouvent près de 10 ans plus tard, alors que dans le film ils ne se revoient jamais après l’été.
Quelques dialogues ont été repris mot pour mot, ce que je trouve génial. D’ailleurs, en lisant le roman et en me remémorant des passages du film, j’ai compris pourquoi Call me by your name avait remporté l’Oscar de la meilleure adaptation !

Donc sans surprise, j’ai aussi eu un énorme coup de coeur pour le roman. J’ai refermé le livre avec un pincement de regret. J’étais bien avec Elio et Oliver !

13 réflexions sur « Call Me By Your Name – André Aciman »

  1. Ooh je comprends mieux maintenant pourquoi il est question que le film ait peut-être une suite !! :O
    J’ai si hâte de le lire !! Je pense que je ne vais pas trop tarder, je le vois qui me nargue dans ma bibliothèque 😉
    Merci pour cette jolie chronique ♡

    Aimé par 1 personne

  2. Ping: Bilan Mai |
  3. J’ai commencé le livre il y a quelques jours, j’avais peur d’être déçue mais comme tu le dis, le film reste très fidèle au livre et vraiment je crois que je préfère déjà le livre au film. C’est super bien écrit, pour l’instant je l’adore!!

    Aimé par 1 personne

      1. Oh oui, vraiment j’ai adoré le livre!! Comme tu dis on connait les personnages et c’est sympa de passer un moment avec eux plus long que le film! 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s