La fille d’Avril – Annelise Heurtier

« Nous devions toujours nous taire, toujours obéir. Et quand on était une fille, c’était encore pire. On était la fille de son père, la femme de son mari, la mère de ses enfants, mais quand est-ce qu’on était soi ? Quand est-ce qu’on pouvait rire, crier, essayer, oser, rater ? »

***

9d8b8990-f405-4cb9-8901-bbeb9b63c097
Titre 
: La fille d’Avril
Autrice : Annelise Heurtier
Editeur : Casterman
Date de publication : 2018
Prix : 13.90 euros
(281 pages)

Note : 3/5

1Comme pour la plupart des jeunes filles dans les années 1960, l’avenir de Catherine est tout tracé : se marier, avoir des enfants, puis… s’en occuper le plus clair de son temps. Un jour, elle est contrainte de rentrer du collège en courant. C’est une révélation : quel sentiment de force, de liberté ! Mais courir, surtout pour une femme, est une chose alors impensable. Pourtant Catherine s’interroge, rêve d’une vie différente, s’entête… Jusqu’où sa détermination la mènera-t-elle ?
2J’aime beaucoup Annelise Heurtier. A chaque nouveau roman, elle abord une thématique importante avec des mots qui parlent aux plus jeunes. Après avoir traité de la ségrégation, de la quête de soi ou encore de l’anorexie, elle parle maintenant du combat des femmes dans les années 60. Cependant, La fille d’Avril me laisse un sentiment mitigé.

La narration est partagée globalement en deux parties : le présent, où l’on découvre Catherine grand-mère parlant avec sa petite-fille ; le passé, où Catherine nous raconte son histoire à la première personne.

L’époque dépeinte par Annelise Heurtier n’est pas très épanouissante pour les femmes. Sur un ton sérieux, parfois mordant, elle nous explique que les filles étaient considérées comme inférieures aux garçons. Elles n’avaient pas le droit de faire grand chose : marcher seule dans la rue, courir, faire du sport, avoir un travail…

Cette idée est très bien intégrée par Catherine, qui s’interdit quantité de choses sous prétexte que ce n’est pas fait pour une fille. Mais petit à petit, un vent de révolte souffle dans son esprit. Pourquoi la place des femmes serait à la maison ? Pourquoi n’aurait-elle pas le droit de courir ?

L’évolution psychologique de Catherine est progressive, l’autrice a très bien su transmettre les questionnements qui assaillent l’adolescente.
A travers son personnage, elle explore également les thématiques en lien avec les bouleversements de l’époque à venir : la contraception avec la loi Neuwirth (très rapidement abordée), l’indépendance financière des femmes, le droit à l’éducation, les règles (taboues même au sein de la famille), l’éducation sexuelle… Les filles étaient maintenues dans une totale ignorance, elles ne savaient rien de ce qu’il se passait dans le reste du monde ! Je n’ai pu que rire aux larmes en lisant que les femmes n’avaient pas le droit de courir parce que ça pouvait leur faire tomber l’utérus ou pousser des poils partout sur le corps !

Jusqu’à la toute fin du roman, j’ai été conquise par ma lecture. Je trouvais qu’Annelise Heurtier nous donnait à lire un roman girl power, avec une héroïne déterminée et courageuse ! Puis il a suffit d’un morceau de dialogue entre Catherine et sa petite fille, qui, pour moi, a entaché le message du livre.

– Genre, dans la salle des profs, t’étais la vieille féministe qui saoule tout le monde.
– Ah non ! Celles-là, comment dire… Il me semble que leur combat est plus motivé par de la rancoeur que par le désir de faire progresser les droits des femmes ! Et justement, moi, j’ai trop souffert de la différence entre les genres pour la reproduire en sens inverse. J’ai été là pour mes élèves, filles, garçons, neutres… vegan, tout ce que tu veux !

Quel joli raccourci.. Etre féministe N’EST PAS vouloir la domination des femmes sur les hommes. Ce N’EST PAS être rancunière, aigrie, castratrice et autre.
Etre féministe c’est vouloir une revalorisation du rôle de la femme dans la société pour tendre vers L’ÉGALITÉ des droits entre les hommes et les femmes.

La fille d’Avril me laisse donc un dépitée. C’est tellement dommage de conclure comme ça, alors que l’histoire était si bien engagée.
Je remercie encore les éditions Casterman pour l’envoi du roman.

3 réflexions sur « La fille d’Avril – Annelise Heurtier »

  1. Bonjour et merci pour votre lecture et votre chronique reçue aujourd’hui ! Je me permets de commenter car je suis toujours affectée par les malentendus ou incompréhensions…surtout quand ils sont de cette ampleur. En mettant dans la bouche d’izia ce ‘raccourci’ que l’on entend souvent et que vous regrettez, le but était justement de le battre en brèche 🙂
    Tout au long de ce roman et il me semble que vous l’avez bien compris, l’idée est de proner cette fameuse egalité hommes femmes…et c’est d’ailleurs le sens de la réponse de Catherine pour qui les ‘aigries’ ne sont pas de vraies féministes, en tous cas pas au sens où elle l’entend, elle 🙂 Si j’avais souhaité faire passer le message inverse, je ne crois pas que j’aurais passé de si longs mois à écrire ce roman qui défend l’une des conquêtes les plus importantes de la femme, celle, au delà de la course, de pouvoir disposer de sa vie et de son corps. Je suis navrée que cette petite phrase ait pu faire l’oublier !
    Bonne continuation à vous, et surtout belles lectures !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire, je touchée que vous ayez pris le temps de lire ma chronique 🙂
      Je vous avoue que j’ai été effectivement surprise de ce revirement dans le dialogue entre Izia et Catherine. Je l’ai fait lire à deux autres personnes de mon entourage pour être sûre, chacune a compris la même chose que moi. Je prends peut-être cela trop à coeur, étant donné que j’entends ce “raccourci” bien trop souvent. Cependant, le reste de votre roman se place effectivement dans la défense de l’égalité hommes-femmes.
      J’espère vous lire de nouveau très bientôt, bonne continuation également 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s