La Perle et la Coquille – Nadia Hashimi

« Je fus une petite fille, puis je ne le fus plus
Je fus une « bacha posh », puis je ne le fus plus
Je fus la fille de mes parents, puis je ne le fus plus.
Je fus une mère, puis je ne le fus plus
Dès que je m’adaptais à une situation, elle changeait. Je changeais.
Le dernier changement fut le pire.. »

***

ec16c5fc-09b6-4733-af69-d1558aabad7e
Titre 
: La Perle et la Coquille
Autrice : Nadia Hashimi
Editeur : Milady
Date de publication : 2017
Prix : 7.80 euros
(384 pages)

Note : 4/5

1Kaboul, 2007. Depuis qu’il a été enrôlé dans les forces talibanes, le père de Rahima n’est plus que l’ombre de lui-même. Sans lui, sa mère et ses soeurs n’ont pas le droit de quitter la maison.
Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui autorise sous certaines conditions, à travestir une fille jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Rahima devient alors Rahim, et découvre une liberté qui va faire naître en elle un désir d’émancipation aussi fort que celui qu’éprouva son aïeule, Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

2J’ai beaucoup entendu parler de La perle et la coquille, notamment grâce au Club de lectures féministes de Carnet Parisien. Après en avoir lu des critiques positives, j’ai eu envie de découvrir ce roman.

Je dois avouer que j’ai du mal avec la littérature qui aborde des histoires de femmes dans des pays qui les briment. J’ai souvent envie d’hurler devant la bêtise des gens qui les traitent comme du bétail. La perle et la coquille ne fait pas exception : les femmes sont échangées comme de la marchandise, au plus offrant, pour sortir une famille de l’embarras financier ou devenir des utérus sur patte et assurer une descendance.

J’ai beaucoup aimé le choix de l’autrice, de faire un parallèle entre deux générations de femmes d’une même famille. Si leur histoire commence différemment, elles finissent par subir le même destin. 100 ans les sépare, et durant ces 100 années (ce qui est énorme !) le statut des femmes n’a connu aucun changement positif : elles restent destinées à se marier et faire des enfants (de préférence des garçons) pour assurer une descendance à leur mari. Elles se font violer, battre, traiter comme des moins que rien par les autres femmes de leur famille…

Je trouve ça tellement absurde d’avoir un destin qui change du tout au tout selon le sexe qu’on a entre les jambes ! Ce paradoxe est parfaitement illustré par l’enfance de Rahima, qui devient brièvement Rahim en suivant la tradition du bacha posh.

Une bacha posh, c’est travestir une fille en garçon lorsqu’elle est enfant, quand une famille n’a que des filles et a besoin d’une présence masculine en plus de celle du père.

Rahima, en tant que fille, a été éduquée pour être silencieuse, baisser la tête et obéir. Rahim, en tant que garçon, a le droit de tout faire : courir, jouer au foot, échapper aux corvées de la maison… Or, Rahima et Rahim sont exactement la même personne. Pourquoi un tel changement de droits selon si on est une fille ou un garçon ??

Avec subtilité, Nadia Hashimi nous dévoile l’absurdité de ce système qui opprime les femmes. A travers le destin de Shekiba et Rahima en Afghanistan, elle montre les difficultés et les injustices auxquelles sont confrontées les femmes. Avec délicatesse, elle dit l’indicible : le viol conjugal, tomber enceinte à peine sortie de l’enfance, obéir à son mari, ne pas marcher seule dans la rue, ne pas pouvoir sortir de chez soi, la rivalité entre les femmes d’un même mari…

En bref, La perle et la coquille est un roman très fort, dont je ne suis pas sortie indemne. Alors même que je l’ai lu il y a quelques mois, l’histoire me trotte encore dans la tête.

 

5 réflexions sur « La Perle et la Coquille – Nadia Hashimi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s