Les 5 livres de ma PAL que j’ai le plus envie de lire

Je me suis récemment retrouvée à contempler ma PAL. En la réorganisant, j’ai pu retrouver certains livres que j’ai fait remonter tout au dessus de la pile.

Good and Mad – Rebecca Traister

81GC1kCBFaL

J’avais beaucoup beaucoup aimé son essai All the single ladies (vous avez la chanson de Beyoncé dans la tête, c’est bon ?) sur le célibat féminin. C’était déculpabilisant et ça faisait du bien de lire que le couple n’est pas une fin en soi, qu’on peut tout à fait s’épanouir en étant seule, contrairement à ce que nous dit la société.
Dans Good and Mad, elle parle de la colère et de la violence des femmes. Pas seulement de leur colère contre les hommes (c’est trop réducteur) mais aussi de leur colère contre les autres femmes, contre la société, contre elles-mêmes.
L’autrice balaie l’idée reçue selon laquelle les femmes ne sont pas capables d’être en colère ou violentes.

Rebecca de Daphne – Maurier

51jiM0V+KRL

Livre que j’aurais du lire cet automne… mais que j’ai lâchement laissé prendre la poussière ces derniers mois. Qu’à cela ne tienne ! Il sera le prochain que je lirai !
Résumé : Un manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide,  de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?

Les figures de l’ombre – Margot Lee Shetterly

51agqjlxzbl

J’ai très envie de regarder le film, mais pas avant d’avoir lu le livre. Il faut faire les choses dans l’ordre ! En plus, Les figures de l’ombre à tout pour me plaire : des femmes fortes, de l’histoire et un saut dans le temps !
Résumé : Les « ordinateurs de couleur ». Tel était le descriptif de poste des mathématiciennes afro-américaines Dorothy Vaughan, Mary Jackson, Katherine Johnson et Christine Darden, employées à la NASA dans les années soixante. Armées de simples crayons, règles et calculatrices, ces quatre scientifiques ont permis la réussite de la mission de John Glenn en 1962 : il fut le premier astronaute américain en orbite, dix mois seulement après Youri Gagarine. Grâce à ces femmes, les Etats-Unis devaient prendre la tête de la course à la conquête spatiale.  Pourtant, leurs noms sont restés inconnus du grand public pendant plus de cinquante ans. Dans une Amérique des années soixante rongée par la ségrégation raciale et le sexisme,  leurs carrières ont été pour ainsi dire oblitérées. 

Âme de sorcière – Odile Chabrillac

61jlqdxisjl

Dans la continuité de la révélation qu’a été la lecture de Sorcières de Mona Chollet, j’ai très envie de découvrir ce livre. J’ai envie de percer tous les secrets du monde des sorcières, ces femmes indépendantes et fortes ! Nous, quoi !
Résumé : Symbole subversif de la révolte féministe, la figure de la sorcière est aujourd’hui de retour, prête à questionner nos choix, notre rapport au monde, à la nature, au corps, à la rationalité, à la sexualité… Et ce qu’elle a à nous apprendre peut réellement changer nos vies. Loin du folklore et des clichés, les sorcières sont porteuses d’un savoir riche et multiple, qui dérange et bouscule l’ordre établi. Pourquoi les a-t-on massacrées au XVe siècle, pourquoi a-t-on cherché à les oublier ? Car elles ont osé, en leur temps, défier l’église, l’autorité (masculine en particulier) et l’idée même de propriété ; elles savaient dire  » oui  » lorsqu’elles avaient envie et  » non  » quand elles le pensaient. 
Se réapproprier leur histoire, leurs savoirs, leurs pouvoirs, c’est autoriser chaque femme à retrouver sa puissance, en faisant d’elle une digne héritière des guérisseuses et des sages-femmes d’antan. C’est ouvrir de nouveaux possibles, dans tous les champs (politique, artistique, écologique, philosophique, humain surtout), c’est oser se revendiquer différente, puissante et néanmoins bienfaisante. 

Les vies de papier – Rabih Alameddine

71ad8wukoml

De la littérature et une femme au caractère bien trempé… Pourquoi ce livre est encore dans ma PAL ??
Résumé : Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, a toujours refusé les carcans imposés par la société libanaise. Cette femme irrévérencieuse et un brin obsessionnelle traduit en arabe les œuvres de ses romanciers préférés : Kafka, Pessoa ou Nabokov. À la fois refuge et  » plaisir aveugle « , la littérature est l’air qu’elle respire. Cheminant dans les rues, Aaliya se souvient ; de l’odeur de sa librairie, des conversations avec son amie Hannah, de ses lectures à la lueur de la bougie tandis que la guerre faisait rage, de la ville en feu, de l’imprévisibilité de Beyrouth. 

 

3 réflexions sur « Les 5 livres de ma PAL que j’ai le plus envie de lire »

  1. Good and Mad me tente beaucoup parce qu’il me parle.
    Et j’ai beaucoup aimé les adaptations ciné des Femmes de l’ombre et de Rebecca alors j’imagine que les romans ne peuvent être que de très belles lectures 😀

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s