Celle qui marche la nuit, un roman gothique pour la jeunesse

Celle qui marche la nuit est un roman jeunesse qui se lit rapidement. J’ai passé un bon moment, mais ce n’était pas une lecture transcendante non plus.

81zhmscnnbl


Celle qui marche la nuit
Delphine Bertholon
Albin Michel Jeunesse
2019
12.90 euros / 240 pages
Note : 3/5

 

2
Malo, 15 ans, déménage, et doit quitter à regret son quotidien parisien. Aussitôt installé dans le sud de la France, il est gagné par l’angoisse. La Maison des Pins, isolée au milieu des bois, semble tout métamorphoser. Les parents de Malo sont absorbés par les travaux de rénovation, Jeanne, sa petite soeur, se réveille en hurlant, parle aux murs et s’est liée d’amitié avec une jeune fille… qu’elle est la seule à voir. Lorsque Malo découvre une vieille cassette audio, vestige d’un passé qui exige de refaire surface, l’adolescent décide de percer, coûte que coûte, le terrible secret qui hante la demeure.

1

Je n’attendais pas grand chose de ce petit roman (un peu plus de 200 pages) mais j’ai finalement été prise par ma lecture. Le mystère qui entoure la nouvelle maison de Malo est le seul élément qui m’a fait aller jusqu’au bout de ce livre. Je l’ai globalement trouvé peu abouti…

J’ai eu du mal avec Malo au début du roman. Il se plaint beaucoup, tourne en ront et s’apitoie sur lui-même. Ce qui a le don de m’agacer. Puis finalement, il sort de sa torpeur et devient intéressant. Il se montre coriace et déterminé dans son enquête pour découvrir ce qu’il se trame dans sa maison.
Un défaut cependant : il se permet des réflexions qui m’ont déplues. Côté féministe un peu trop poussé si vous voulez, mais ça m’agace qu’un garçon se permette des exclamations quand il voit une fille passer en bikini. Ou qu’il se focalise sur l’apparence d’une autre.

Je reste un peu sur ma faim. J’aurais aimé qu’on en sache un peu plus sur la fille avec qui communique la soeur de Malo. L’autrice ébauche quelque chose, mais ne vas pas jusqu’au bout. J’ai eu l’impression qu’elle l’avait écrit pour donner un semblant de diversité à son roman, juste parce que ça se développe dans la littérature. C’est bien dommage.

De même pour l’intrigue, j’aurais aimé que ce soit un peu plus poussé, un peu plus étoffé… Malgré tout, tous les éléments du style gothique sont réunis : une maison hantée, un esprit qui se manifeste sporadiquement, des hurlements la nuit, une atmosphère pesante…

En bref, Celle qui marche la nuit est un roman jeunesse qui se lit rapidement. J’ai passé un bon moment, mais ce n’était pas une lecture transcendante non plus.

Je remercie les éditions Albin Michel Jeunesse pour l’envoi de ce livre.

Publicités

Une réflexion sur « Celle qui marche la nuit, un roman gothique pour la jeunesse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s